Click on the slide!

Etat d'alerte à Wavre

La milice privée du quartier résidentiel de Wavre s’en prend à un jeune braqueur tandis qu’à Nivelles, la violence explose…

Suite...
Click on the slide!

Douze ans de privatisation des chemins de fer belges : une longue série de fiascos

On nous avait dit que la reconversion de la SNCB en entreprise privée améliorerait la qualité des services et permettrait…

Suite...
Click on the slide!

Football : Adieu l'Euro 2036 !

La reconstruction du stade Roi Baudouin est à nouveau reportée. L’information est tombée hier après-midi lors de la conférence de…

Suite...
Click on the slide!

Bilan mobilité des années 20 : La quadrature des roues

Un manque criant d'investissements et une absence totale de prévisions politiques ont rendu la mobilité insupportable sur les grands axes…

Suite...
Click on the slide!

La loterie de la solidarité - 1er tirage

Tentez votre chance à la grande loterie de la solidarité et découvrez comment via nos impôts et nos cotisations sociales…

Suite...
Click on the slide!

Tragique méprise à Wellin : un jeune homme abattu par la milice

Le seul tort de la victime : être dehors ! Hier à Wanze, un jeune homme de 22 ans a…

Suite...
Click on the slide!

Hôpitaux psychiatriques fermés

Le dernier hôpital psychiatrique du pays a fermé ses portes hier suite aux réductions massives des cotisations sociales ces dernières…

Suite...
Click on the slide!

A la Une

La plupart des gens travaillent jusqu’à leur mort, ou presque… Le coût exorbitant de l’accès à l’eau potable et aux…

Suite...
Click on the slide!

Les retraites en deuil : Tristesse à Flobecq

Sébastien Maes, l’un des derniers bénéficiaires de l’ancien système de pension légale, est mort dimanche dernier à l’âge de 71…

Suite...
Click on the slide!

Forma-Pute ou comment vendre son corps en toute sécurité ?

Forma-Pute a ouvert son école itinérante il y a maintenant trois mois. Christine, sa fondatrice, explique avoir eu l'idée grâce…

Suite...
Click on the slide!

L'avenir de l'enseignement

La « Flexsécurité », ce n’est ni nouveau ni spécifique à la Belgique. En effet, c’est dans les années 1990,…

Suite...
Click on the slide!

Le Ras-le-bol des bénévoles de la "Soupe populaire" !

La décision prise la semaine dernière d'arrêter la distribution de la soupe populaire et des colis alimentaires est en contradiction…

Suite...
Click on the slide!

La Ville de La Louvière ne peut pas remplacer la grande échelle des pompiers

Les hommes du feu de La Louvière avaient constaté d’importants dégâts à la grande échelle après leur intervention à la…

Suite...
Click on the slide!

Le taux de natalité est en hausse en Wallonie

Le département de la démographie de l’Administration des Pouvoirs locaux de la Région Wallonne vient de publier son rapport annuel.…

Suite...
Click on the slide!

Interview : Les Services publics, c'était quoi?

Les services publics disparaissent peu à peu. Privatisés pour les uns, purement et simplement supprimés pour les autres. Combien sommes-nous…

Suite...
Click on the slide!

Réforme de l'enseignement obligatoire : trois bon points pour le ministre Préaux

L’opposition réclamait la réforme de l’enseignement depuis belle lurette. Il devenait en effet difficile de contraindre les parents à inscrire…

Suite...
Click on the slide!

Enfin des congés efficaces !

Depuis peu, une nouvelle façon de valoriser les week-ends ou les quelques jours de congés payés auxquels ont encore droit…

Suite...
Click on the slide!

A la T.V. ce soir...

En difficultés financières, depuis la renégociation de son contrat-programme, la télévision publique s’est vue contrainte de raboter ses émissions. Les…

Suite...
Click on the slide!

L'Europe en proie à des pénuries d'eau potable

La construction de nouveaux boucliers antimissiles aux abords des cours d’eau les plus larges d’Europe est à l’origine de la…

Suite...
Click on the slide!

Troc et Broc

Il est 5h du matin, et comme chaque lundi devant la gare de Gedinne les affaires commencent pour Rachid, coordinateur…

Suite...
Click on the slide!

Société : L'impôt, bouc émissaire de la crise

Une étude récente le confirme : nous ne savons toujours pas à quoi servent nos contributions… Drôle d’époque, non ?…

Suite...
Click on the slide!

Les Hostos du coeur : Franc succès pour la première soirée des "Emplâtrés"

Hier soir, la première soirée des « Emplâtrés », animée par le toujours jeune Naqui, a permis de récolter des…

Suite...
Click on the slide!

Petite enfance

On savait que le dernier centre de consultations de l'Office de la Naissance et de l’Enfance (O.N.E.), situé à Verviers,…

Suite...
Frontpage Slideshow (version 1.7.2) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks
Accueil Le journal Débats Interview : Les Services publics, c'était quoi?

Qu'en pensez-vous?

Partager !

Interview : Les Services publics, c'était quoi? PDF Imprimer Envoyer

Service_publics_CT_320x200

Les services publics disparaissent peu à peu. Privatisés pour les uns, purement et simplement supprimés pour les autres. Combien sommes-nous encore aujourd’hui à pouvoir expliquer ce qu’ils furent ? Nous avons rencontré Joël, ancien Secrétaire de la Centrale Générale des Services Publics de la Régionale de Liège de la FGTB. Il s’est battu pour la survie des services publics. Aujourd’hui, il se souvient et témoigne.

A quoi servaient les services publics ?

Les services publics étaient nombreux et variés. Chaque personne les utilisait sans vraiment s’en rendre compte. Les services publics reposaient sur l’idée que certains biens et services devaient être organisés par l’Etat pour être accessibles à toute la population. Comme l’enseignement, la formation, les crèches, la télévision, la culture, les transports, la livraison de marchandises, l’exportation, l’électricité, le gaz, l’eau, la sécurité, la justice, la santé, l’environnement et même une partie du développement des activités économiques… C’étaient des services dits publics, des activités sociales et économiques.
Qui organisait ces services publics ?
C’était l’Etat fédéral, les Régions et les Pouvoirs Locaux soit directement via un organisme public, soit par l’intermédiaire d’un service privé subventionné, qui les mettait en place. La plupart de ces services étaient fournis gratuitement ou à un prix très réduit.

Télécharger l'article complet en PDF

Service_publics_CT_320x200

Les services publics disparaissent peu à peu. Privatisés pour les uns, purement et simplement supprimés pour les autres. Combien sommes-nous encore aujourd’hui à pouvoir expliquer ce qu’ils furent ? Nous avons rencontré Joël, ancien Secrétaire de la Centrale Générale des Services Publics de la Régionale de Liège de la FGTB. Il s’est battu pour la survie des services publics. Aujourd’hui, il se souvient et témoigne.

A quoi servaient les services publics ?

Les services publics étaient nombreux et variés. Chaque personne les utilisait sans vraiment s’en rendre compte. Les services publics reposaient sur l’idée que certains biens et services devaient être organisés par l’Etat pour être accessibles à toute la population. Comme l’enseignement, la formation, les crèches, la télévision, la culture, les transports, la livraison de marchandises, l’exportation, l’électricité, le gaz, l’eau, la sécurité, la justice, la santé, l’environnement et même une partie du développement des activités économiques… C’étaient des services dits publics, des activités sociales et économiques.
Qui organisait ces services publics ?
C’était l’Etat fédéral, les Régions et les Pouvoirs Locaux soit directement via un organisme public, soit par l’intermédiaire d’un service privé subventionné, qui les mettait en place. La plupart de ces services étaient fournis gratuitement ou à un prix très réduit.


Comment finançait-on les services publics ?

Ils étaient financés grâce à des impôts. Grâce à l’impôt, chacun contribuait à alimenter les caisses de l’Etat qui redistribuait une grande partie de ces richesses en finançant le développement de services publics profitables à tous. Nous recevions donc par ce biais-là un « revenu invisible », c’est-à-dire du pouvoir d’achat en plus. Grâce à ce système de redistribution, nous y gagnions tous. En effet, aujourd’hui, ces services coûtent beaucoup plus chers que ce que nous les avons payés à l’époque. Et en outre, peu de citoyens y ont accès. Donc, aujourd’hui en 2029, c’est plus cher et moins de gens y ont droit !


Pourquoi les services publics ont-ils disparu ?

Pendant des années, les partis de Droite ont fait circuler l’idée que la gestion des services publics était mauvaise, que l’argent du contribuable était dépensé à tort et que l’impôt était du vol… Par ailleurs, l’idéologie dominante de l’époque sous-entendait que la libre concurrence du marché permettrait des prix plus bas, soi-disant plus intéressants pour le citoyen.


C’était vrai ?

La gestion publique a connu certains dérapages mais en tout cas, elle n’a jamais mené à des catastrophes financières, ni provoqué des crises économiques mondiales comme nous en connaissons régulièrement depuis vingt ans avec le secteur privé.
En réalité, la libéralisation des services publics n’a jamais profité aux citoyens. Les prix du gaz, de l’électricité, de l’eau… continuent de flamber et certains services, comme l’enseignement ou la santé, sont si onéreux, que seule une infime partie de la population peut y accéder aujourd’hui alors qu’il s’agit de biens ou services de première nécessité.


Que s’est-il passé ensuite ?

Malgré des manifestations organisées par la F.G.T.B., la revalorisation des services publics à travers différentes campagnes, la défense de l’impôt progressif, etc., de plus en plus de secteurs ont été libéralisés (d’abord les banques publiques, ensuite les télécommunications, la Sabena, l’énergie, la poste, l’eau, les chemins de fer, la culture…).

Les citoyens - qui n’étaient plus conscients du mécanisme de redistribution des impôts - se sont laissés séduire par le discours du salaire poche et de la défiscalisation. La baisse des impôts des personnes physiques et des sociétés comme la diminution du pouvoir d’achat et des recettes de la T.V.A. ont considérablement réduit les recettes de l’Etat. Les services publics sont alors devenus de moindre qualité. La Droite prônait la libéralisation comme remède. On sait à présent que ce n’était pas la solution mais il n’en reste pas moins vrai qu’elle a gagné son combat idéologique. Et que les perdants, ce sont majoritairement les citoyens…

 
porno seyret travesti porno trbanlı porno sex hikayesi istanbul escort porno seyret porno