Click on the slide!

Le taux de natalité est en hausse en Wallonie

Le département de la démographie de l’Administration des Pouvoirs locaux de la Région Wallonne vient de publier son rapport annuel.…

Suite...
Click on the slide!

Interview : Les Services publics, c'était quoi?

Les services publics disparaissent peu à peu. Privatisés pour les uns, purement et simplement supprimés pour les autres. Combien sommes-nous…

Suite...
Click on the slide!

Douze ans de privatisation des chemins de fer belges : une longue série de fiascos

On nous avait dit que la reconversion de la SNCB en entreprise privée améliorerait la qualité des services et permettrait…

Suite...
Click on the slide!

Le Ras-le-bol des bénévoles de la "Soupe populaire" !

La décision prise la semaine dernière d'arrêter la distribution de la soupe populaire et des colis alimentaires est en contradiction…

Suite...
Click on the slide!

A la T.V. ce soir...

En difficultés financières, depuis la renégociation de son contrat-programme, la télévision publique s’est vue contrainte de raboter ses émissions. Les…

Suite...
Click on the slide!

Etat d'alerte à Wavre

La milice privée du quartier résidentiel de Wavre s’en prend à un jeune braqueur tandis qu’à Nivelles, la violence explose…

Suite...
Click on the slide!

Tragique méprise à Wellin : un jeune homme abattu par la milice

Le seul tort de la victime : être dehors ! Hier à Wanze, un jeune homme de 22 ans a…

Suite...
Click on the slide!

La Ville de La Louvière ne peut pas remplacer la grande échelle des pompiers

Les hommes du feu de La Louvière avaient constaté d’importants dégâts à la grande échelle après leur intervention à la…

Suite...
Click on the slide!

Bilan mobilité des années 20 : La quadrature des roues

Un manque criant d'investissements et une absence totale de prévisions politiques ont rendu la mobilité insupportable sur les grands axes…

Suite...
Click on the slide!

A la Une

La plupart des gens travaillent jusqu’à leur mort, ou presque… Le coût exorbitant de l’accès à l’eau potable et aux…

Suite...
Click on the slide!

Société : L'impôt, bouc émissaire de la crise

Une étude récente le confirme : nous ne savons toujours pas à quoi servent nos contributions… Drôle d’époque, non ?…

Suite...
Click on the slide!

Football : Adieu l'Euro 2036 !

La reconstruction du stade Roi Baudouin est à nouveau reportée. L’information est tombée hier après-midi lors de la conférence de…

Suite...
Click on the slide!

Enfin des congés efficaces !

Depuis peu, une nouvelle façon de valoriser les week-ends ou les quelques jours de congés payés auxquels ont encore droit…

Suite...
Click on the slide!

L'avenir de l'enseignement

La « Flexsécurité », ce n’est ni nouveau ni spécifique à la Belgique. En effet, c’est dans les années 1990,…

Suite...
Click on the slide!

Petite enfance

On savait que le dernier centre de consultations de l'Office de la Naissance et de l’Enfance (O.N.E.), situé à Verviers,…

Suite...
Click on the slide!

L'Europe en proie à des pénuries d'eau potable

La construction de nouveaux boucliers antimissiles aux abords des cours d’eau les plus larges d’Europe est à l’origine de la…

Suite...
Click on the slide!

Les retraites en deuil : Tristesse à Flobecq

Sébastien Maes, l’un des derniers bénéficiaires de l’ancien système de pension légale, est mort dimanche dernier à l’âge de 71…

Suite...
Click on the slide!

Les Hostos du coeur : Franc succès pour la première soirée des "Emplâtrés"

Hier soir, la première soirée des « Emplâtrés », animée par le toujours jeune Naqui, a permis de récolter des…

Suite...
Click on the slide!

Troc et Broc

Il est 5h du matin, et comme chaque lundi devant la gare de Gedinne les affaires commencent pour Rachid, coordinateur…

Suite...
Click on the slide!

La loterie de la solidarité - 1er tirage

Tentez votre chance à la grande loterie de la solidarité et découvrez comment via nos impôts et nos cotisations sociales…

Suite...
Click on the slide!

Réforme de l'enseignement obligatoire : trois bon points pour le ministre Préaux

L’opposition réclamait la réforme de l’enseignement depuis belle lurette. Il devenait en effet difficile de contraindre les parents à inscrire…

Suite...
Click on the slide!

Forma-Pute ou comment vendre son corps en toute sécurité ?

Forma-Pute a ouvert son école itinérante il y a maintenant trois mois. Christine, sa fondatrice, explique avoir eu l'idée grâce…

Suite...
Click on the slide!

Hôpitaux psychiatriques fermés

Le dernier hôpital psychiatrique du pays a fermé ses portes hier suite aux réductions massives des cotisations sociales ces dernières…

Suite...
Frontpage Slideshow (version 1.7.2) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks
Accueil Le journal Ce qu'on en disait en 2009 Société : L'impôt, bouc émissaire de la crise

Qu'en pensez-vous?

Partager !

Société : L'impôt, bouc émissaire de la crise PDF Imprimer Envoyer

Le billet d’humeur que notre regretté confrère avait écrit il y a tout juste 20 ans.

Une étude récente le confirme : nous ne savons toujours pas à quoi servent nos contributions…

Drôle d’époque, non ? Cet été, dans les journaux et à la télé, nous avions pourtant eu droit aux classiques de saison : faits divers dramatiques, incendies de forêts et les vacances insolites de monsieur et madame Tout le monde. Rien que de très habituel en cette période de latence.

Puis une info inattendue a bouleversé nos certitudes : celle, encore fragile, selon laquelle « il semblerait bien, mais tout cela est à prendre au conditionnel, que nous commencerions à entrevoir le début de la sortie du tunnel de » la Crise !

feuille_dimpot_3_CT_640x480

L’été se poursuivait, les soldes de rentrée s’annonçaient frénétiques…Mais début septembre, patatras ! L’info se casse la gueule, et notre moral retrouvé avec. Un dernier verre en terrasse et c’est le pastis qui recommence : reprise des licenciements massifs (SONACA : - 450), explosion du chômage dans la zone Euro, hausse du prix des médicaments, budget de l’Etat alarmiste et puis les banques, qui, à peine renflouées aux frais des contribuables, envisagent sérieusement d’accorder des bonus faramineux à leurs traders. De quoi s’flinguer… Ou pleurer dans les bras du Président de la première puissance mondiale qui se fait traiter de « socialiste » pour avoir défendu l’idée du retour de l’Etat dans le financement de la couverture sociale des citoyens américains. Des 47 millions d’entre eux qui en sont privés en tout cas, presqu’un détail.

Tout cela sur fond de grippe du cochon et de réchauffement climatique. Cette fin d’été aura finalement un air de fin du monde…

Il était donc intéressant, en ces temps de grande morosité, de se pencher sur les résultats d’une enquête menée par l’IASC (l’Institut d’anthropologie sociale et citoyenne) , concernant l’impôt et la manière dont il est perçu par nos concitoyens (Etude réalisée entre le 1er et le 15 septembre 2009, sur un échantillon de 400 personnes). Forts des constats plombés de ces temps de rentrée, nous nous attendions à voir se redorer le blason de cet outil qui assure, vaille que vaille, la sauvegarde de nos acquis sociaux.

Et paf ! Encore raté ! Le sondage de l’IASC ne nous dit qu’une chose, en substance : les vieux clichés ont la peau dure. Voilà où nous ont mené des décennies d’idéologie libérale martelée sans vergogne. Comme si le fait d’entretenir les idées reçues, c’était exister en tant que citoyen. Comme si pour mériter sa place dans l’Etat providence, il fallait systématiquement cracher sur ce modèle dont se contenteraient pourtant bien, aujourd’hui, quelques dizaines de millions d’américains… Vous avez dit monde à l’envers ?

Télécharger l'article complet en PDF

Le billet d’humeur que notre regretté confrère avait écrit il y a tout juste 20 ans.

Une étude récente le confirme : nous ne savons toujours pas à quoi servent nos contributions…

Drôle d’époque, non ? Cet été, dans les journaux et à la télé, nous avions pourtant eu droit aux classiques de saison : faits divers dramatiques, incendies de forêts et les vacances insolites de monsieur et madame Tout le monde. Rien que de très habituel en cette période de latence.

Puis une info inattendue a bouleversé nos certitudes : celle, encore fragile, selon laquelle « il semblerait bien, mais tout cela est à prendre au conditionnel, que nous commencerions à entrevoir le début de la sortie du tunnel de » la Crise !

L’été se poursuivait, les soldes de rentrée s’annonçaient frénétiques…Mais début septembre, patatras ! L’info se casse la gueule, et notre moral retrouvé avec. Un dernier verre en terrasse et c’est le pastis qui recommence : reprise des licenciements massifs (SONACA : - 450), explosion du chômage dans la zone Euro, hausse du prix des médicaments, budget de l’Etat alarmiste et puis les banques, qui, à peine renflouées aux frais des contribuables, envisagent sérieusement d’accorder des bonus faramineux à leurs traders. De quoi s’flinguer… Ou pleurer dans les bras du Président de la première puissance mondiale qui se fait traiter de « socialiste » pour avoir défendu l’idée du retour de l’Etat dans le financement de la couverture sociale des citoyens américains. Des 47 millions d’entre eux qui en sont privés en tout cas, presqu’un détail.

Tout cela sur fond de grippe du cochon et de réchauffement climatique. Cette fin d’été aura finalement un air de fin du monde…

Il était donc intéressant, en ces temps de grande morosité, de se pencher sur les résultats d’une enquête menée par l’IASC (l’Institut d’anthropologie sociale et citoyenne) , concernant l’impôt et la manière dont il est perçu par nos concitoyens (Etude réalisée entre le 1er et le 15 septembre 2009, sur un échantillon de 400 personnes). Forts des constats plombés de ces temps de rentrée, nous nous attendions à voir se redorer le blason de cet outil qui assure, vaille que vaille, la sauvegarde de nos acquis sociaux.

Et paf ! Encore raté ! Le sondage de l’IASC ne nous dit qu’une chose, en substance : les vieux clichés ont la peau dure. Voilà où nous ont mené des décennies d’idéologie libérale martelée sans vergogne. Comme si le fait d’entretenir les idées reçues, c’était exister en tant que citoyen. Comme si pour mériter sa place dans l’Etat providence, il fallait systématiquement cracher sur ce modèle dont se contenteraient pourtant bien, aujourd’hui, quelques dizaines de millions d’américains… Vous avez dit monde à l’envers ?

Donc, l’impôt et sa représentation sociale. 85% des personnes interrogées sont formelles : « On est trop taxé en Belgique ! ». Jugement péremptoire mais qui porte en lui, néanmoins, comme une lueur d’espoir. Si l’on est « trop » taxé en effet, c’est que l’impôt serait malgré tout acceptable à un taux correct. Non ? Non. La suite de l’enquête dissipe nos timides illusions.

Ainsi, médaille d’argent des propos à l’emporte-pièce: « On en a marre de payer pour les autres ! » (65% des personnes sondées le disent…). Le bronze, lui, revient à cette sentence sans appel : « Les travailleurs coûtent trop chers aux entreprises ! » (54%).

Le reste est à l’avenant : « Moins d’impôts, c’est plus d’argent dans nos poches ! », « Il faut laisser faire le marché ! », « L’impôt est injuste ! », etc. etc.

Ce sondage, on s’en doute, n’a pas été réalisé à la sortie d’une Garden party MR. Ce qui serait plutôt rassurant. Non, il est le reflet d’une époque, la nôtre, qui refuse de se poser les bonnes questions. Dans un contexte de crise, on cherche aveuglément des boucs émissaires. Et l’impôt est ici la victime toute désignée de l’inconséquence citoyenne.

Nous sommes trop taxés en Belgique ? La Belgique n’est certainement pas le pays le plus taxé d’Europe. Mais comparaison n’est pas raison. Il suffit de rappeler que la pression fiscale sur les revenus des personnes physiques, si elle est en théorie de près de 45% chez nous, ne plafonne en moyenne qu’aux alentours de 24% une fois utilisées les nombreuses possibilités de déductions fiscales dont nous bénéficions et à 16 % pour les entreprises (merci les intérêts notionnels !). Et puis rappeler aussi, que ces impôts permettent de maintenir à des coûts abordables l’ensemble des services publics. Ou ce qu’il en reste. Voire même certains services de type privé. Ne payons-nous pas aussi pour l’Enseignement libre ? Et cela indispose-t-il quelqu’un ?

Marre de payer pour les autres ? Qui sont-ils ces « autres » ? Les futurs retraités ? C’est-à-dire nous, vous, tout le monde. Tout individu qui aspire à une retraite décente après une vie de travail. Cela s’appelle la Solidarité. Ce n’est plus très en vogue, c’est vrai. Mais un jour ou l’autre – dans 20 ans tout au plus au rythme où ça va ! – on en reparlera peut-être, entre remords et amertume…
Travailleurs toujours plus chers ? Ineptie. Relisez votre fiche de paie : les cotisations O.N.S.S. comme le précompte professionnel des travailleurs représentent un pourcentage fixe du salaire brut. En 30 ans, la part des salaires dans la richesse produite est passée de 57 à 50%, ça n’a donc pas augmenté. Qu’est-ce qui a changé alors ? Où est passée la différence ? Dans la poche des actionnaires dont la voracité, elle, s’est considérablement accrue…

Finalement, épuisé par l’esprit borné de nos concitoyens, on se ressert un dernier verre, affalé devant la télé où les mauvaises nouvelles se succèdent. Soudain, un journaliste annonce que les réservations dans les palaces ont battu tous les records cet été. A Paris, on en construit même de nouveaux, encore plus gros, encore plus luxueux, encore plus chers. La clientèle est très satisfaite. Il faut dire qu’elle reste stable : environ 8 millions de gens très fortunés sur cette planète. Et pas un pour se plaindre.
Vous n’avez jamais eu l’impression de vous être fait avoir ?


D. D.


(Article paru dans l’édition d’octobre 2009 du mensuel « Etat de crise »)

 
porno seyret travesti porno trbanlı porno sex hikayesi istanbul escort porno seyret porno